houseofmanyways

L'histoire (Quatrième de couverture - VO):

Charmain Baker is in over her head. Looking after Great-Uncle William's tiny cottage while he's ill should have been easy. But Great-Uncle William is better known as the Royal Wizard Norland, and his house bends space and time. Its single door leads to any number of places—the bedrooms, the kitchen, the caves under the mountains, the past, and the Royal Mansion, to name just a few.
By opening that door, Charmain has become responsible for not only the house, but for an extremely magical stray dog, a muddled young apprentice wizard, and a box of the king's most treasured documents. She has encountered a terrifying beast called a lubbock, irritated a clan of small blue creatures, and wound up smack in the middle of an urgent search. The king and his daughter are desperate to find the lost, fabled Elfgift—so desperate that they've even called in an intimidating sorceress named Sophie to help. And where Sophie is, can the Wizard Howl and fire demon Calcifer be far behind?

 

Mes impressions de lecture:

Troisième et dernier volet de la série "Châteaux" de Diana Wynne Jones, "House of Many Ways" a été écrit près de vingt ans après les deux précédents opus (2008). Cela en fait d'ailleurs un de ses derniers romans publiés, avant son décès en mars dernier. Il n'a pas encore été traduit en français, et je ne sais pas si une éventuelle publication est prévue...

Nous suivons ici la jeune Charmain, fille de boulanger, missionnée par une tante éloignée d'aller garder la maison de son grand-oncle William, puissant magicien du comté, pendant que celui-ci part se faire soigner d'une mystérieuse maladie. Très vite, la jeune fille découvre que cette maison décidemment très magique regorge de centaines de passages menant vers des pièces inconnues. Elle est rejointe par Peter, un apprenti magicien, et Waif, une petite chienne dévouée qui semble la protéger. Lorsque Charmain est contactée par le Roi pour l'aider à faire du tri dans sa bibliothèque, elle prend connaissance d'un mystère qui inquiète la famille royale et la menace: tout l'or du royaume semble avoir disparu, menaçant la famille royale d'une faillite imminente. Elle se retrouve malgré elle prise dans cette énigme, qui s'avère plus dangereuse qu'elle ne l'avait escompté.

C'est en fait un scénario complexe que l'auteure a déployé pour conclure cette série. Tout en nous apportant de nouveaux personnages, et une nouvelle profondeur à l'histoire des royaumes qui entourent Ingary, elle nous fait le plaisir d'impliquer de nouveau Sophie, Howl, et d'autres personnages de ses précédents romans. Et quel plaisir de les retrouver! Howl est toujours aussi fantasque, Sophie toujours aussi autoritaire et désespéré par les frasques de son mari, sans parler de Calcifer, jamais à court de jeu de mots. L'auteure leur a accordé une place de choix pour leur retour, sans bien sûr faire de l'ombre à la jeune Charmain et à l'intrigue qui se dessine.

L'univers reste captivant, et l'auteure a une fois de plus su m'emporter dans son monde où la magie et les monstres vicieux côtoient l'innocence du monde réel. La jeune Charmain bénéficie d'un caractère bien trempé. J'ai adoré ses sarcasmes et ses répliques cinglantes, en particulier envers le pauvre Peter qui joue le rôle opposé. Cette jeune fille a tout pour déplaire (paresseuse, rêveuse, égocentrique), mais on ne peut que lui pardonner lorsqu'elle fait acte de de bravoure, tout en conservant son humour et son détachement. Et cela change des héroïnes lisses et parfaites de la littérature jeunesse en général!

Bien que l'intrigue reste assez simple, et son dénouement tout autant, on appréciera l'ensemble de fils utilisés par l'auteure pour la tisser. Une fois n'est pas coutume, Diana Wynne Jones ne prend pas la facilité d'un déroulement linéaire, mais imbrique des petites scènes secondaires, qui finalement trouveront elles aussi leur explication dans les dernières pages.

Je regrette toutefois une fin un peu abrupte, comme je l'ai souvent regretté dans certains de ses romans. C'est ce qui me dérange souvent dans le schéma de contes de fées "ils se marièrent et eurent beaucoup d'enfants". En particulier pour le dernier cycle d'une trilogie, j'aurais souhaité un épilogue, ou une post-face, qui nous permettrait de boucler les trois livres ensemble, ainsi que leurs protagonistes. DOmmage donc de nous laisser en bouche un goût de trop peu...

Mise à part cette petite déception, ce roman me confirme l'immense talent de Diana Wynne Jones (c'est déjà le sixième livre que je lis de l'auteure!), et ne peut que me faire regretter d'autant plus sa disparition en début d'année. Si vous avez aimé "Howl's Moving Castle" et "Castle in the Air", celui-ci ne vous décevra pas.

Retrouvez les avis de mes partenaires pour cette lecture commune: NathalieHeclea, Miss Spooky Muffin, Aily, Sita

 

Ma note:

book_note_book_note_book_note_book_note_book_note

 

Articles liés: