la-femme-au-miroir-Schmitt

L’histoire:

Anne vit à Bruges au temps de la Renaissance, Hanna dans la Vienne impériale de Sigmund Freud, Anny à Hollywood de nos jours. Toutes trois se sentent différentes de leurs contemporaines ; refusant le rôle que leur imposent les hommes, elles cherchent à se rendre maîtresses de leur destin.

Trois époques. Trois femmes : et si c’était la même ?

 

Mes impressions de lecture :

Trois femmes, trois destins, voilà la recette du dernier Eric-Emmanuel Schmitt, un de mes auteurs fétiches. Les chapitres égrainent les uns après les autres la vie de ces trois femmes que tout semble opposer, et que peu à peu tout réunit. L’enchaînement des styles est également de rigueur, permettant d’insuffler un rythme particulier pour chacune des femmes que nous suivons.

Le style de l’auteur reste incomparable. Sa plume me séduit à chacun de ses romans : riche et accessible, les mots de Schmitt ont le don de se dérouler devant mes yeux sans jamais me rassasier. Les images sont originales, toujours bien trouvées. Cet auteur m’impressionne à nouveau avec ce livre qui ne déçoit pas.

Mon enthousiasme serait total si le roman ne sentait pas le déjà-vu. La forme du roman – et son dénouement ! – n’est pas sans rappeler « Les heures » de Michael Cunningham (mon avis ICI). Certes les deux textes diffèrent dans le style et dans l’histoire, mais tout au long de ma lecture, j’avais la désagréable sensation de ne pas découvrir une œuvre originale. J’aimerais connaitre les inspirations de l’auteur lorsqu’il a écrit ce roman, et notamment son choix de reprendre cette architecture…

Parce que j’ai une grande admiration pour cet auteur, et parce qu’il m’a toujours surpris par l’originalité de son œuvre, je garderai un avis en demi-teinte. Le style et l’histoire restent néanmoins excellents et très prenants. Les fans de l’auteur n’y résisteront pas !




 
Ma note:   

 book_note_book_note_book_note_book_note_book_note