theotherhand  etleshommessontvenus

L’histoire:

L’histoire de ce livre, je ne vous la raconterai pas, parce que l’éditeur en a voulu ainsi. La quatrième de couverture précise que toute la surprise et l’impact du roman se joue justement sur cette méconnaissance de ce que le lecteur va y trouver. Tout ce qu’il est permis de dire, c’est ceci :
"C’est l’histoire de deux femmes. Leurs vies entrent en collision un jour fatidique, et l’une d’elles doit faire un terrible choix. Deux ans plus tard, elles se rencontrent à nouveau. C’est ici que commence l’histoire…"

 

Mes impressions de lecture :

Voici une lecture en VO qui ne m’a pas laissé indifférent. Je dirais même plus, j’ai adoré ! Et ce en dépit d’une quatrième de couverture plus que fumeuse.

Je ne suis pas adepte de cette stratégie marketing qui prend les lecteurs pour des crétins en disant "ce qu’il y a dans ce livre est une surprise tellement à couper le souffle que vous en ôter le moindre soupçon serait un crime, alors on ne vous dit rien". Et le lecteur, curieux, se dit "waow, trop bien, ça doit vraiment être une histoire dingue !", et pouf !, on achète. Et pour que la mayonnaise tienne, l’éditeur ajoute "Une fois lu ce livre, vous voudrez en parler à vos amis, mais ne leur dites rien de l’histoire pour ne pas rompre la magie." Soit. J’ai lu, je ne vous dirai rien, si ce n’est mon ressenti du livre, mais bon sang, a posteriori, je ne vois pas ce que quelques précisions sur l’intrigue et les personnages pourraient altérer. Un autre exemple d’un éditeur qui arriverait à me fâcher avec un livre pourtant excellent (pour précision, il s’agit d’un éditeur anglais, Sceptre – l'édition française offre, elle, un résumé comme il se doit).

Bref, passé ce coup de gueule, "The other hand" fait partie de ces livres à part qui sont construits intelligemment avec des personnages atypiques. Les deux femmes, une Anglaise et une Nigérienne (allez hop, ça je le dis quand même), ont des airs de déjà-vu, et pourtant elles rayonnent d’une singularité et d’un courage hors norme qui ne peut que leur apporter mon affection.

quotes

 

The flatscreen at our end of the floor was showing BBC News 24 with the sound down. They were running a segment on the war [in Iraq]. Smoke was rising above one of the countries involved. Don’t ask me which – I’d lost track at this stage. The war was four years old. It had started in the same month my son was born. At first both of them were a huge shock and demanded constant attention, but as each year went by, they became more autonomous and one could start to take one’s eye off them for extended periods. Sometimes a particular event would cause me momentarily to look at one or the other of them – my son, or the war – with my full attention, and at times like these I wouls always think, Gosh, haven’t you grown? quotes2 

 
Par ailleurs, l’intrigue est extrêmement bien ficelée – heureusement, car par conséquent j’en attendais beaucoup. L’auteur alterne coup sur coup la narration par les deux femmes, ce qui permet au lecteur une vision à 360° des évènements, et des révélations que bien sûr l’une et l’autre ont à faire. L’équilibre entre les alternances présent – passé est parfait : propre, bien articulé. Chacun des flashbacks arrive à point nommé pour répondre à nos questions et en poser de nouvelles. Et lorsque la boucle est bouclée, le livre se termine sur un dénouement des plus inattendus (en tout cas pour moi).

J’ai par ailleurs beaucoup aimé le style de l’auteur, tout en légèreté et en subtilité. Les sujets sont parfois graves et abordés avec beaucoup de finesse, empruntant des chemins atypiques mais qui font toujours mouche. Mais ce qui m’a le plus enchanté, c’est l’humour élégant et décalé de la protagoniste Nigérienne. Chacune de ses réflexions m’a fait sourire, parfois rire. J’aurais pu aisément en lire un deuxième ou un troisième tome.

Chose promise, chose due, je n’en dirai pas plus (dommage, il y a beaucoup à discuter sur ce roman). Même si l’éditeur n’a pas tout à fait raison de vendre le livre de la sorte, le roman a largement atteint mes attentes. Une plume brillante pour des personnages que je garderai longtemps en tête. Un livre que je conseille à tous ceux qui tomberont dessus. Bref, un coup de cœur.

(L’éditeur a gagné, je viens de rentrer dans son propre jeu. Tant pis, si cela vous permet de découvrir ce livre… :) )



Coup_de_coeur Ma note:   

   book_note_book_note_book_note_book_note_book_note_ 


    Coup de cœur!!