delegationnorvegienne

L'histoire (Quatrième de couverture):

René Derain aurait dû se fier à l'instinct de son chien. En arrivant au relais pour un séjour de chasse, son vieil ami, sitôt sorti de la voiture, a pris peur comme jamais. Mais l'atmosphère chaleureuse du chalet forestier et les veillées en compagnie des autres chasseurs font vite oublier cette inquiétante arrivée.

Pourtant - est-ce la forêt, les participants? - rien ne semble vraiment normal. La maison est bientôt prise dans la glace. Le gibier meurt sans raison. Le téléphone, coupé. La faim, la suspicion, la haine. La folie. Au dehors, quelque chose ou quelqu'un assiste à leur agonie... ou la précipite?

 

Mes impressions de lecture:

Il y a des livres qu'on décide de choisir les yeux fermés. Parce qu'il est là, à vous regarder dans la librairie, parce que vous n'en avez jamais entendu parler, vous ne l'avez jamais vu ailleurs, et s'il n'avait pas croisé votre chemin ce jour-là, vous ne l'auriez certainement jamais revu par la suite. Ces livres qu'on décide d'acheter, contre toute attente, parce que d'ordinaire jamais vous n'auriez même pris la peine de le retourner pour lire le résumé, parce que la couverture n'est pas très belle, parce que ses voisins sont tous plus intéressants les uns que les autres. Pour ma part, "La délégation norvégienne" fait partie de ces livres-là.

Premier fait original, l'éditeur nous prévient: "Le dernier cahier de ce livre n'est pas découpé. Il ne s'agit pas d'un défaut de fabrication". Miam! Voilà qui n'est pas banal! Ces dernières pages (une dizaine), je me dis, doivent receler un dénouement des plus goûtus!

Dès les premières pages, l'auteur a su créer une atmosphère toute particulière. René Derain traverse en voiture une route désolée, au milieu des forêts du grand Nord. Le silence est oppressant, la nuit inquiétante. On sent que quelque chose va se passer, tôt ou tard; ça prend aux tripes, on attend que cela tombe. Malgré la grandeur de la forêt, on garde une sensation de huis clos, comme si tout ceux qui y entraient ne pourraient jamais en ressortir.

J'ai été particulièrement bluffé par la capacité de l'auteur à décrire le grand froid qui s'abat sur le chalet où logent les sept personnages centraux. Ça commence par quelques flocons, puis de plus en plus, la température qui baisse, le vent glacial qui s'immisce dans tous les recoins du refuge, le gel qui vous bouche tous les pores de la peau... J'ai trouvé toute cette partie magnifiquement exposée, me sentant moi-même pris dans cet enfer de glace et de neige, condamné à y périr d'une manière ou d'une autre. En levant les yeux de ma lecture (dans le train), j'étais même surpris de ne pas voir le paysage recouvert d'un épais manteau blanc. J'ai rarement été aussi absorbé dans un univers tel que celui-ci!

On sent monter l'inquiétude de ce groupe de personnes qui ne se connaissent pas, qui ont chacun leur personnalité propre, mais qui semblent tous renfermer des secrets indicibles. Ils sont pris au piège, peut-être n'en sortiront-ils pas vivants? Mais serait-ce à cause du froid, ou d'une manipulation toute autre? On sent la paranoïa s'installer, notamment à travers les yeux de René - et moi-même, je me suis méfié de tout le monde, de Madalen qui semble pourtant sa plus proche alliée, de Cranach qui semble trop présent dans le récit pour être honnête, et même de Ernst, pourtant cloué au lit depuis plusieurs jours avec une fièvre de cheval. Dans ce groupe de chasseurs, on ne sait finalement plus qui de l'homme ou de la bête est traqué...

L'angoisse monte, mes attentes aussi. J'ai tourné les pages à une vitesse folle, souhaitant atteindre ce cahier non découpé au plus vite, pour SAVOIR!...

Seulement voilà. Après tant de tension, d'attente, et de virtuosité de la part de l'auteur, je dois avouer que j'ai été très déçu par le dénouement, qui est certes très original, mais qui laisse de nombreuses questions en suspens, et qui personnellement ne m'a pas du tout convenu. J'ai trouvé ça très dommage car le décor une fois planté, l'auteur aurait pu m'emmener n'importe où, sauf là. Je pense toutefois que cette fin pourrait plaire à d'autres personnes, pour ma part je n'y ai pas accroché.

En conclusion, voilà un auteur que je ne connaissais pas et qui a su m'absorber intensément dans un livre que je n'aurais certainement jamais acheté en temps normal. J'ai été pris au jeu du début à la fin. Dommage toutefois que le dénouement m'ait autant déçu, car c'est finalement ce que j'attendais le plus dans ce livre mystérieux. Une très belle expérience en tout cas, et un auteur à retenir.


 

Ma note:

book_note_book_note_book_note_book_note_demibook_note