lombreduvent

L'histoire (Quatrième de couverture):

"Dans la Barcelone de l'après-guerre civile, " ville des prodiges " marquée par la défaite, la vie est difficile, les haines rôdent toujours. Par un matin brumeux de 1945, un homme emmène son petit garçon - Daniel Sempere, le narrateur - dans un lieu mystérieux du quartier gothique : le Cimetière des Livres Oubliés. L'enfant, qui rêve toujours de sa mère morte, est ainsi convié par son père, modeste boutiquier de livres d'occasion, à un étrange rituel qui se transmet de génération en génération : il doit y " adopter " un volume parmi des centaines de milliers. Là, il rencontre le livre qui va changer le cours de sa vie, le marquer à jamais et l'entraîner dans un labyrinthe d'aventures et de secrets " enterrés dans l'âme de la ville " : L'Ombre du Vent. Avec ce tableau historique, roman d'apprentissage évoquant les émois de l'adolescence, récit fantastique dans la pure tradition du Fantôme de l'Opéra ou du Maître et Marguerite, énigme où les mystères s'emboîtent comme des poupées russes, Carlos Ruiz Zafon mêle inextricablement la littérature et la vie."


Mes impressions de lecture:

Sans vraiment en connaître le contenu, il m'est apparu que "L'Ombre du vent" était un roman incontournable sur la blogosphère, et par conséquent une œuvre que je me devais de lire. C'était également l'occasion de faire un petit pas de plus dans la découverte de la littérature espagnole.

L'entrée en matière a été un peu difficile. Le livre étant relativement long (environ 650 pages), et ayant fait l'impasse sur la lecture attentive du résumé, je me suis laissé porter, me demandant bien où cela me mènerait. Et j'ai eu le plaisir de découvrir un roman vraiment à part, inattendu. L'intrigue ne se laisse pas dessiner aussi facilement: Daniel, par curiosité, recherche l'auteur de "L'Ombre du vent", ou du moins essaie d'en savoir plus sur sa vie, son histoire. Et peu à peu son enquête va révéler des secrets troublants qui mettent en scène de nombreux hommes et femmes. On ne sait pas vraiment où tout cela commence, ni comment ce la va se terminer, mais on se laisse volontiers guider.

Loin d'une Barcelone ensoleillée et festive telle qu'on pourrait la connaître aujourd'hui, la Barcelone d'après-guerre apparaît sombre, inquiétante, abîmée et corrompue par la guerre civile qui est en marche. J'ai adoré me plonger dans cette ambiance particulière, en apparence surréelle, mais transpirante de vérité. L'auteur sait planter son décor avec les mots justes, dans un style fluide et accessible.

L'intrigue est également extrêmement bien ficelée. Disséminant çà et là les différents éléments du puzzle, de manière tellement éparse que le lecteur se questionne beaucoup sans pouvoir assembler les morceaux, l'auteur révèle juste ce qu'il faut pour nous garder en haleine. Et lorsque les révélations surviennent, l'histoire prend tout son sens, et on ne regrette pas d'avoir attendu autant pour comprendre. En refermant le livre, je ne suis pas du tout resté sur ma fin, ayant obtenu une réponse à chacune des questions que je me posais.

Si je devais toutefois soulever une légère déception, je pensais que l'origine du Cimetière des Livres Oubliés serait racontée, pleine de mystère et de secrets. Mais finalement ce Cimetière doit être considéré comme acquis par le lecteur, telle une bibliothèque municipale clandestine, sans réelle naissance ni mort. Dommage, car je pense que ce sujet pourrait à lui seul constituer le cœur d'une intrigue passionnante également.

Mais cela n'enlève à rien mon enthousiasme pour "L'Ombre du vent", qui mérite bien, pour ma part, sa place de lecture incontournable de la littérature espagnole contemporaine. Merci beaucoup à Heclea de me l'avoir prêté!


Ma note:

book_note_book_note_book_note_book_note_book_note_demi

 

 

Et hop, on en profite pour récupérer un peu de retard sur le challenge Livraddict 2010 qui avait un peu été laissé de côté!...

Challenge Livraddict:   4/7

challenge_livraddict