junk

L'histoire (Quatrième de couverture):

"Entre un père violent et une mère alcoolique, la vie de Nico est intolérable. Une seule issue : fuir. Fuir avec Gemma, son amie, qui le suit comme par défi. Mais que faire, à quatorze ans, sans ressources, dans les rues d'une grande ville ? Les deux adolescents rejoignent un squat et, très vite, sont pris dans l'engrenage de la drogue... Le jour où ils acceptent de l'héroïne, ils deviennent, sans en être encore conscients, des junkies."

 

Mes impressions de lecture:

Nico et Gemma pourraient être comme tous les adolescents de leur âge. Mais il s'enfuient de chez eux. Et font des mauvaises rencontres. Ils pensent rencontrer les personnes les plus cool qui soient, mais ce sont avec elles que leur longue descente aux enfers va commencer.

 

Junk est marquant par sa simplicité effrayante. On observe les péripéties de ces deux enfants, leur première cigarette, rapidement suivie de leur premier joint, leur premier verre d'alcool... Rien de bien méchant. Ils sont paumés, veulent s'intégrer... Et puis on change de look, de langage, de comportement, de fréquentations. De drogue. Plus dure. Plus souvent. On est cool, on est bien, les sceptiques sont exclus, les critiques calomniés. Puis rapidement on perd pied. On veut que ça s'arrête, mais on ne peut pas. On ne peut plus. Plus jamais. Alors on continue, à n'importe quel prix.

quotes

Sur le chemin du boulot, je vois une gamine faire la pute au coin de Brook Road. Elle est maquée avec un type immense, une vraie mauviette. Il n'a pas plus de quatorze ans, mais elle, ce n'est même pas encore une adolescente. Elle est maquillée et elle marche avec des talons aiguilles. Elle se trouve sans doute sexy, mais si elle se fait de l'argent, c'est parce qu'elle ressemble exactement à ce qu'elle est: une petite fille déguisée en putain.

Dès qu'elle a fait une passe, ils vont dépenser l'argent en bonbons et en héroïne. »

 

J'ai trouvé très juste et très sensible l'approche de Melvin Brugess. La narration s'effectue tout à tour par l'un ou l'autre des protagonistes. Souvent Nico ou Gemma, mais également leurs compagnons d'infortune. Chacun nous donne sa vision des faits, l'étendue de sa dépendance, avec franchise ou bien en se voilant la face. Ce style rend compte non seulement de la psychologie de chacun des individus, mais également de l'avancée des relations de groupes, passant de l'amour et l'admiration à la méfiance, l'hypocrisie, la paranoïa, le dédain.

Avec un langage sans détour, l'auteur a su me marquer. On aimerait croire que tout ceci est exagéré, improbable, encore plus à cet âge-là, mais au contraire, la simplicité des faits, la véracité des témoignages, rend l'histoire d'autant plus vraisemblable et terrifiante. L'auteur signe ici un vrai livre de sensibilisation à destination des jeunes ou moins jeunes, susceptibles un jour ou l'autre de tomber dans la spirale infernale de la drogue et de ce qui l'entoure.

Une lecture bouleversante, selon moi une de celles qui abordent le mieux le thème des addictions chez les jeunes. Un classique à lire absolument pour mieux comprendre et enlever le voile que l'on jette volontairement sur ce phénomène de société qui dérange.


Ma note:

book_note_book_note_book_note_book_note_book_note