ladysusan

L'histoire (Quatrième de couverture):

"Une veuve spirituelle et jolie, mais sans un sou, trouve refuge chez son beau-frère, un riche banquier. Est-elle dénuée de scrupules, prête à tout pour faire un beau mariage, ou juste une coquette qui veut s’amuser ? Le jeune Reginald risque de payer cher la réponse à cette question…"

 

Mes impressions de lecture:

Lire "Lady Susan" représente mine de rien, pour moi, un mini-challenge, dans le sens où il renferme certains "risques" de lecture: il s'agit d'un roman épistolaire (généralement, ça passe ou ça casse), de Jane Austen (dont je n'ai lu qu'"Orgueil et Préjugés", or un roman d'elle pourra-t-il encore me plaire?), généralement moins apprécié parmi les autres livres de l'auteur (ce ne sont pas Fée Bourbonnaise ni Matilda qui me contrediront), et a fortiori un livre "classique" anglais, toujours délicat à aborder. Une fois ces craintes passées, j'ai finalement trouvé deux motivations majeures: le livre est très court (116 pages), et cette lecture rentre dans le cadre d'une lecture commune avec les membres de Livraddict (oui, à peine ma première terminée, j'enchaîne sur une deuxième!). Sans même prendre la peine de lire le synopsis, allez hop, je plonge!

Je dois avouer qu'au début j'ai eu du mal à rentrer dans l'histoire. L'échange de lettres entre différents protagonistes dès les premières pages m'a quelque peu perdu: qui sont-ils, quels sont leurs liens, leur passé? J'aurais aimé une petite introduction rapide, quitte à être rédigée comme une sorte de préambule par l'auteur, tout comme est écrite la conclusion du livre. Ca aurait de plus ajouté une certaine continuité dans le style, puisque justement cette conclusion "racontée" est plutôt déconcertante.

Malgré ces deux ou trois remarques, j'ai dans l'ensemble trouvé cette lecture agréable et assez bien faite. Jane Austen m'a montré une fois de plus qu'elle savait mettre en relief des personnages complexes et sans scrupule lorsqu'il s'agit des jeux de pouvoir et de mariage.

Le personnage de Lady Susan est particulièrement intrigant. Me fiant à ma précédente lecture de l'auteur, je m'attendais à ce que ce personnage principal soit l'innocente qui déjoue la cruauté du monde pour faire régner l'amour et la justice. Et au fil de ma lecture, j'étais gêné de ne pas me trouver de son côté, de ne pas vraiment l'aimer. Et pour cause! Je me suis vite rendu compte que cette Susan Vernon n'est qu'une sale garce manipulatrice! Quel plaisir de détester le personnage central d'un roman, qui unit les autres protagonistes, ainsi que le lecteur, par la haine qu'elle inspire. Et comme les amies de mes ennemis sont mes ennemies, j'ai adoré m'imaginer la Madame Johnson, confidente et complice de Lady Susan, en vieille dinde bourgeoise pathétique (c'est bon parfois d'être méchant).

Reste néanmoins que les préoccupations centrales de l'intrigue sur la course au mariage m'ont par moments lassé. Malgré le plaisir que j'ai pris à la lecture du roman, j'ai trouvé une certaine redondance dans le thème abordé par rapport à ma précédente lecture de l'auteur. De plus, bien que représentant les réalités de l'époque, j'ai été un peu dérangé par le partage des hommes entre la mère et la fille: "Si ce n'est pas elle qui l'épouse, c'est moi", qui revêt un côté semi-incestueux troublant.

Je souligne enfin quelques longueurs dans le texte, certains échanges de lettres qui selon moi sont superflus, et ce bien que le livre soit déjà très court!

En conclusion, je ressors plutôt satisfait de cette deuxième rencontre avec Jane Austen qui a réussi à me surprendre. Toutefois, je ne pense pas récidiver prochainement avec l'auteur (disons pas cette année), de peur de m'en lasser trop vite.

J'ai lu ce roman dans le cadre d'une Lecture Commune. Je vous invite donc à découvrir les avis des autres participants: Cacahuète, Elinor, Gerry29, Lasardine, Setsuka et Thalia.

 

Ma note:

book_note_book_note_book_note_book_note_book_note