hommeprenaitautre

L'histoire (Quatrième de couverture):

"Avec un visage très commun, on court toujours le risque d'être confondu avec quelqu'un d'autre. En général, la méprise apparaît rapidement et chacun s'excuse, penaud, de son erreur. Mais ce n'est pas le cas de cet homme qui finit par se laisser aller, résigné, à être ceux pour qui on le prend. Il est cependant très compliqué, voire épuisant, de vivre plusieurs existences à la fois... surtout quand ce ne sont pas les siennes!"


Mes impressions de lecture:

Imaginez que, où que vous alliez, qui que vous croisiez, on vous prenne pour un autre: vous êtes l'ami cher qu'on croyait ne plus revoir, vous êtes ce fils, ou ce neveu, seule famille d'une vieille délaissée, vous êtes ce filou qui mérite une correction. Vous êtes vous, mais vous n'êtes personne. Et si vous vous laissez prendre au jeu, alors la situation peut vite devenir surréaliste, improbable... et irrésistible.

C'est donc la vie de cet homme que nous raconte l'auteur avec beaucoup d'humour. Dans ce livre, on tire un trait sur le rationnel, et le narrateur nous embarque dans cette incroyable quête de soi dans laquelle finalement il préfère ne pas mettre tout son cœur, pour se laisser emporter par ce fatalisme qu'il décrit si bien.

"Deux yeux, un nez, une bouche, ça rappelle toujours forcément quelqu'un à quelqu'un".

A personnage exceptionnel, réflexions exceptionnelles. Le héros loufoque ponctue ses péripéties absurdes par ses pensées sans queue ni tête - que j'adore! - et qui peu à peu nous illustre bien l'originalité du personnage. Il divague, il divague, et il le sait bien, mais ne s'en prive pas.

Bref, j'ai lu ce court livre très vite, en me régalant de chaque moment de la vie de cet homme condamné à vivre la vie de quelqu'un d'autre.

Et pourtant. L'idée est bonne, l'écriture fine et le rythme soutenu, mais - sans en dévoiler la fin - je trouve que l'ensemble retombe comme un soufflé dans son dénouement. Un soufflé appétissant, qui sent terriblement bon, mais dont malheureusement on ne gardera pas cette dernière image de légèreté. Mais, en y réfléchissant, pouvait-on vraiment apporter une fin originale à cet individu déjà hors norme?

Finalement, je garde une très bonne impression de ce livre, car plus que de comprendre exactement le personnage, j'ai juste eu envie de partager avec lui son univers déjanté le temps d'un voyage en train.

Ma note:

book_note_book_note_book_note_book_note_book_note_demi