ainsisoientils

L'histoire (Quatrième de couverture):

"A trois heures du matin, au son d'un slow joué au piano, sous un plafond scintillant d'étoiles artificielles, dans le coin le plus sombre d'un bar et sous le regard de tous, deux amants tombent dans les bras l'un de l'autre...
L'un est plus âgé et plus sage. L'autre n'a que dix-neuf ans. Des premiers baisers à la proclamation des bans, du mariage à l'acte d'amour et à la fondation d'une famille, tout dans cette histoire est à sa place habituelle. Sauf que ce mariage est un mariage entre hommes."


Mes impressions de lecture:

L'histoire se passe dans l'Angleterre des années 50-60, une période où être homosexuel est bien plus que simplement taboo - c'est interdit. (Pour rappel, la dépénalisation de l'homosexualité en Angleterre date de 1967...). En partant de cet angle de vue, je me suis dit "Tiens, une nouvelle vision intéressante de la vie gay, un axe que je ne connais pas et que je suis ravi de découvrir".

L'histoire se découpe en trois parties: la vie du narrateur en tant que célibataire qui rencontre celui qu'il appellera "P'tit Mec", puis leur vie de couple, et enfin leur vie de famille. Ces termes bien sûr sont génériques, car au final rien dans leur vie ne leur offre la vraie vie "de famille". Et pourtant on ressent toute la passion de cette relation, bien qu'ils doivent se cacher à cause d'être deux hommes qui s'aiment, et malgré la différence d'âge et d'expérience.

L'auteur ici n'est pas avare en peinture de l'univers dans lequel évolue le couple. Le club de "Madame", sorte de repaire pour les jeunes (et moins jeunes) homos de la ville, est particulièrement mis en avant, et souligne le besoin pour ces hommes de l'époque de se sentir en sécurité et "en famille", quand tant de leurs pairs se font battre à mort par l'homophobie oppressante qui les entoure.

L'ambiance y est, le décor est beau, mais malheureusement l'histoire est plutôt lente, souffre de digressions omniprésentes qui donnent de la lourdeur à la lecture. Tandis que certains passages ont un goût de "pas assez", les états d'âme du narrateur s'étalent en longueur au détriment de l'histoire.

Finalement, je dirais que j'ai globalement aimé l'univers de ce livre, son regard sur le monde de l'époque et la passion aveugle, puissante et érotique des personnages. Mais j'ai toutefois peiné à le lire, et de fait à me laisser prendre dans l'histoire. Le style de l'auteur ne m'a ici pas convaincu, mais j'aurai certainement l'occasion de lui redonner sa chance!


Ma note:

book_note_book_note_book_note_demibook_notebook_note